top of page

Blog

Nos relations amoureuses sont-elles une contribution pour le monde ?

💖Nos relations amoureuses, notre relation à l’autre dans l’amour, dans le couple, ont-elles une répercussion plus loin, plus haute ? sont-elles une contribution pour le monde ? 

Assurément oui. Et je crois pouvoir dire que je porte cette conscience depuis le plus jeune âge. Aussi loin que je me souvienne, dès les premières observations autour de moi, dès mes premiers émois, la question de l’amour, de l’amour-amoureux, du désamour, et de ce que cela créé en nous et autour de nous m’a toujours taraudée. C’était mon sujet de réflexion de prédilection si j’ose dire😊

Alors oui, avec le recul, je crois pouvoir dire que l’amour est hautement guérisseur et qu’un seul être en guérison sur cette terre permet par inspiration, par extension, à d’autres de le faire, permet à d’autres d’ouvrir leur cœur et d’apporter une guérison sur l’inconscient collectif, sur la souffrance du monde.


💖Selon les vicissitudes de l’existence, nous pouvons être tentés de fermer définitivement notre cœur. 

Nous sommes tous des êtres blessés et inachevés. Selon certaines situations de vie, certaines expériences relationnelles difficiles, douloureuses, nous faut-il tout barricader pour ne plus souffrir ? Ne plus être déçu ? A-t-on à jamais perdu la confiance en nous ? En l’autre ? 

J’ai vécu sur un référentiel parental fataliste. Toutefois dans MA vérité, je crois que la fatalité est un écho mémoriel du passé. Y croire c’est insulter notre destinée. 

La croyance qu’une ou des expériences difficiles nous garantiraient une sorte de condamnation à vie est courante, tant que l’on ne conscientise pas ce que notre propre système interne a cristallisé sur une blessure, un traumatisme. Et par conséquent de ce que l’on peut attirer à soi, des résignations auxquelles on peut se soumettre, de ce qui peut se répéter sur notre parcours de vie, jusqu’à ce que nous fassions le choix de nous en libérer, pour ne plus perpétuer ce qui nous entrave, nous enferme. 


💖Sur notre incarnation terrestre, dans l’absolu, seule la mort est irrémédiable, irréversible, même si sur d’autres plans de conscience cette « séparation » n’existe pas… 

Pour tout le reste, rien n’est figé, ni condamné. 


Nous seuls avons ce pouvoir de nous condamner ou de nous libérer.  Nous sommes des êtres spirituels. Par conséquent bien plus grands que notre seule personnalité. Nous sommes des êtres divinement humains et humainement divins. C’est bien là toute notre complexité et notre beauté également. Nous sommes venus expérimenter sur terre des apprentissages pour nous guérir, pour grandir, pour évoluer, pour nous dépasser, pour apprendre à nous responsabiliser face aux épreuves, aux défis de la vie. Nous sommes là pour apprendre à nous pardonner nos erreurs, à pardonner à l’autre, aux autres, et garder foi à nouveau. Dans ce que la vie nous amène à vivre, à traverser, à expérimenter différemment, grâce à nos transformations. 


💖Être en amour pour La Vie, c’est accepter tout son Mystère, son Sacré. C’est accepter ses hauts et ses bas, ses joies, ses peines, ses déceptions, ses cadeaux, les très beaux et puis aussi les mal emballés … bref toutes ces expériences où soi disant on ne pourrait plus jamais retrouver confiance, amour, joie, bonheur ou autres … notre palette émotionnelle fait simplement partie de la vie, de ce qui nous rend si humains.

Vouloir nous protéger outre mesure pour ne plus souffrir c’est ne pas vivre. Si la souffrance n’est pas une obligation pour grandir, pourtant indéniablement elle fait partie de la vie, de notre condition humaine. Vouloir nous anesthésier ou aseptiser cela pour que ça n’existe plus, qu’on ne le vive plus, c’est refuser de vivre. C’est refuser le choix de notre incarnation ici bas et tous nos apprentissages pour l’évolution de notre âme. C’est dommage. C’est se priver d’une grande richesse intérieure lorsque l’on ferme la porte à tous nos ressentis, nos sentiments et nos émotions, même s’ils sont inconfortables ou douloureux parfois. 

C’est ne pas oser nous rencontrer véritablement dans notre mise au monde pour Être enfin soi même, hors du tracé prévu par tous nos conditionnements :  éducatifs, religieux, sociétaux … C’est renoncer, refouler notre appel intérieur, notre force de vie  qui nous poussent régulièrement à nous dépouiller pour aller vers soi, à lever les voiles de l’oubli. 

Nous sommes des êtres vivants et vibrants. Ne plus vouloir ressentir c’est mourir. C’est laisser s’éteindre notre feu créateur, notre élan, notre flamme de vie. 

Vivre pleinement c’est oser se risquer.

Aimer pleinement c’est oser se risquer. 


💖Je constate régulièrement autour de moi cette croyance qui a la vie dure :  L’amour fait souffrir. 

Si l’on ose s’y ouvrir, L’amour vibre un pouvoir de guérison et vient nous convoquer dans l’Être. Autrement dit bien plus loin que les masques de notre seule personnalité et mettre ainsi en lumière nos ombres. Tout ce qu’il nous faut abandonner, tout ce qui est encore blessé pour y être conscientisé, pansé, consolé, pacifié, équilibré, transmuté…

C’est la levée des masques auxquels nous nous sommes identifiés, souvent par mécanisme de protection, qui est douloureuse, qui nous fait si peur. Elle nous laisse véritablement nus, vulnérables et nous demande d’oser nous regarder avec honnêteté, compassion et amour pour soi même. Ce nouveau regard sur nous mêmes vient enrichir la relation à soi dans notre vérité et liberté d’Être, qui elles mêmes nous permettent de rentrer en relation avec l’autre pour le/la rencontrer véritablement, sincèrement, de créer une intimité vraie, à partir de l’espace de notre cœur-âme et par conséquent de voir l’autre dans sa beauté pure, au delà de ses propres masques. De laisser nos cœurs se toucher, se rencontrer vraiment. 


💖Y aurait il certaines personnes plus douées que d’autres pour vivre l’amour, pour aimer ?  Je ne crois pas. Peut être que certains d’entre nous se sont incarnés pour expérimenter particulièrement la question de l’amour sur terre mais une chose est sûre : c’est notre droit de naissance à tous, c’est une véritable permission à nous accorder. À fortiori si notre environnement familial ne nous a pas validé dans l’expression d’amour, dans l’être aimable que nous sommes. 

S’il est incontestable qu’il existe des liens amoureux plus forts que d’autres, je crois surtout qu’il faut s’intéresser à l’amour pour l’apprendre. Qu’aimer en conscience s’apprend et à mon sens c’est une des grandes leçons Essentielles de notre existence ici bas. 

À bien y regarder, grand nombre de relations amoureuses dotées d’une véritable connexion consciente sont assez rares. 

Beaucoup de relations peuvent se vivre toute une vie, en restant à la périphérie l’un de l’autre. C’est assez souvent le cas lorsque l’un des deux ou les deux partenaires vivent à la périphérie d’eux mêmes. La rencontre vraie ne se fait pas, la véritable intimité ne se crée pas. Même au bout de X années de vie commune, même lorsqu’il y a des rapports intimes, la vraie Présence, la connexion à l’autre, la complicité réelles peuvent faire cruellement défaut.  


💖En dépit des trahisons, des blessures, au cours de notre vie, oser faire confiance à nos ressentis, oser rester dans l’amour peut nous aider à transformer le plomb en or. 

Nous Reconnaître dans l’alchimiste que nous sommes, nous donner de l’amour, opérer nos guérisons, nous permettent de grandir affectivement et émotionnellement parlant afin d’Être dans la vibration d’amour pour l’être aimé/e. Rentrer véritablement en relation avec l’autre c’est mutuellement nous aider à nous élever dans le partage. Ainsi nous pouvons nous penser différemment et nous panser par la même occasion, en sortant des sempiternels schémas névrotiques voire destructeurs que l’on peut observer dans certaines relations. 

Dans notre amour pour la vie, ayons conscience que nous n’avons pas à être des amoureux parfaits, mais vrais. C’est dans cette vérité que se révèle toute la beauté du lien d’amour. ✨💖M.M




Comments


A la Une
Archive
Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon
bottom of page