top of page

Blog

ūüƆCrise de Foi


En ces temps troubl√©s, qui sont toutes ces personnes qui savent √©couter simplement leur propre guidance plut√īt que l'influence ext√©rieure ?

Qui sont toutes ces personnes qui sont reliées à leur Foi (pas forcément une foi religieuse), à la Foi en quelque chose de plus vaste, de plus puissant qu'elles ? À l'amour qu'elles sont et qui les porte ? À la confiance de leurs potentiels et de leur puissance lumineuse dans la conscience de leur souveraineté ?

Des idéalistes, des rêveurs, des joyeux, des amoureux de la vie, des amoureux tout court, des illuminés, des perchés, des optimistes…? peut être…

Dans ce marasme, dans cet obscur et dans toute cette propagande de peur, ces personnes qui vibrent une fréquence plus haute, qui ont l'audace de penser, dire, faire autrement, dérangent l'ordre établi.

Assur√©ment ce sont des confiants en la Nature et donc √† leur nature profonde. Connect√©s √† leur v√©hicule terrestre, √† l'intelligence de leur corps, de leur cŇďur, pour lesquels, dans le silence de leur √™tre, ils savent √©couter les messages dans le ressenti profond de l'expansion ou de la contraction selon la situation. Ils √©coutent leur instinct, leur intuition.

Probablement des confiants au vivant, √† la force de la vie, de l'amour, d'une reliance √† l'invisible, √† cette part divine en eux, √† leur √Ęme.

Est-ce que cette sensibilit√© particuli√®re, cette intelligence √©motionnelle les rend moins lucides que les autres sur ce qui les entoure ? Je ne le crois pas. Bien au contraire. C'est un juste √©quilibre pour une soci√©t√© o√Ļ les √©nergies plus phalliques, le rationnel, le cart√©sien, l'hyper intellectualisation, la surinformation, le visible et le tangible ne d√©tiennent pas obligatoirement LA v√©rit√© et LA solution.

Peut-être toutes ces personnes ont-elles plus de clairvoyance, de clair sentience ? Une vision plus subtile, plus large et plus haute d'une situation donnée ? Peut être n'ont-elle simplement pas la vision d'un monde uniquement matérialiste, consumériste, ces sociétés de consommation/consolation qui montrent désormais toutes leurs limites, qui ne rendent pas les gens plus heureux mais des gens de plus en plus dépendants, endettés, appauvris sur bien des plans, désalignés, profondément seuls, dont leur vie est vide de sens.

Il est vrai que nous ne naissons pas tous avec le m√™me niveau de conscience et notre feuille de route d'incarnation nous fait vivre diff√©rentes exp√©riences dont celle de cette crise, o√Ļ chacun pourra √™tre confront√© √† des transformations certaines, dans le d√©passement de soi, dans la d√©construction de certaines croyances et acquis, dans la capacit√© d'√™tre reli√© √† cet amour de soi, √† sa foi, √† sa joie, dans l'esp√©rance, et dans la conscience de sa souverainet√©.

Le pouvoir et l'argent gouvernent le monde au détriment de l'humain.

L'argent n'est pas un "mal". Il le devient seulement dans l'intention qui lui est rattachée. C'est l'intention derrière l'argent qui fait toute la différence, entre actions bienveillantes ou malveillantes.

La v√©ritable maladie de nos soci√©t√©s modernes, de notre monde se situe l√†. C'est cela le vrai fond de cette crise et de notre responsabilit√© dans nos choix, de ce qu'il se joue dans notre pr√©sent et pour le futur que nous souhaitons, o√Ļ il est bien illusoire de croire que, une fois cette √©pid√©mie endigu√©e, nous allons pouvoir retourner √† une vie "comme avant" dans nos modes de vie, dans nos habitudes de consommation d√©lirants. Bien entendu c'est ce que veulent tous ces puissants du monde sans scrupules, tous ceux qui sp√©culent via du fric virtuel au Cac 40.

Bien entendu, nous n'allons pas revenir √† l'√Ęge de pierre.

Nous assistons à une crise de civilisation à deux vitesses.

Mais nous, nous tous ? Allons-nous pouvoir cocréer la voie du milieu ? Allons-nous rester divisés dans ce changement inéluctable ? Alors que tout pousse au contraire à nous fédérer, au-delà de nos différences pour créer un nouvel équilibre.

Quelle le√ßon saurons-nous tirer de tout cela ? Quelle conscience portons nous sur cette crise politicosanitaire o√Ļ pour certains, nous ne sommes pas ou plus dupes de certains enjeux n√©buleux en coulisses, o√Ļ nous savons que les QR code de toutes sortes et la technologie √† outrance ne sont pas l√† pour √©veiller notre conscience mais bel et bien pour l'ali√©ner.

Nos états de conscience ont une répercussion directe sur le choix de notre environnement, de notre monde, de l'univers dans lequel nous vivons.

Les voix qui s'élèvent actuellement pour la liberté, ne sont pas tant celles stigmatisées "antivax" ou "complotistes". Ne sont-elles pas la voix/voie de ceux et celles qui veulent épouser le changement dans le bon sens et non plus s'épuiser à nager à contre-courant dans un système devenu obsolète qui les broie un peu plus chaque jour ? . N'est ce pas la voix de ceux et celles qui souvent ont déjà modifié leur façon de vivre, réduit la voilure, pour donner un peu plus d'oxygène à notre Planète, pour privilégier leur qualité de vie à la quantité de leurs possessions ? Parce que de toute façon, pour beaucoup, il faudra faire avec moins pour s'en sortir. Que ce soit un choix délibéré ou subi de par les circonstances.

Ces voix pour la liberté ne sont-elles pas la conscientisation d'autres possibles choix ? et l'affranchissement d'une pensée unique, d'une autorité martiale qui détiendrait à elle seule la vérité et pour laquelle la sentence tombe à celui ou celle qui ose la remettre en question ?

Alors oui le virus, mais il y en aura d'autres, comme depuis la vie sur Terre. Concernant cette pseudo-vaccination, aucune décision précipitée ne devrait être à prendre sous le coup de l'émotion, dans l'affolement orchestré, et probablement pour observer nos comportements. Car ce choix n'est pas anodin. Il est important pour la suite de nos vies.

Si le choix de se faire vacciner est respectable, le choix de s'y refuser également. Pourtant il semblerait que des peurs demeurent chez certaines personnes vaccinées alors que leur choix les protègent à priori.

Ce virus aujourd'hui nous interroge sur certaines d√©cisions pr√©cipit√©es, autoritaires, disproportionn√©es, et les passions qu'il d√©cha√ģne, qui elles-m√™mes devraient nous inviter √† nous poser les vraies bonnes questions et les r√©flexions de fond pour savoir dans quel monde nous souhaitons vivre √† partir de maintenant. Dans cette transition de notre monde o√Ļ aucun retour en arri√®re ne sera plus possible.ūüƆM.M